En 2018, de nouveaux gratte-ciels de plus de 280 mètres seront achevés, venant bouleverser le classement des immeubles les plus hauts d'Europe. Londres fait le pari des tours avec la récente ouverture du «Shard». D’autres capitales, comme Moscou et Madrid ont également fait le choix de se hérisser de constructions toutes plus vertigineuses les unes que les autres.

 

Les tours déjà construites

1. Lakhta Center (2018), Saint-Pétersbourg, 462 mètres.

2. Multifunctional Highrise Complex - Akhmat Tower, Groznyj, 435 mètres.

3. Tours de la Fédération, Moscou, Vostok Tower (2016) 374 mètres et Zapad Tower, (2008) 243 mètres.

4. OKO Apartment Tower ou 16 IBC Tower 1 (Moscou, 2015), 321 mètres : antenne à 354 mètres.

5. Mercury City towers (Moscow, 2013), 339 mètres : le toit est à 326 mètres.

6. Renaissance Moscow Tower - ST Towers (Moscou, 2016), 337 et 289 mètres.

7. Stalnaya Vershina - Eurasia (Moscou, 2015), 309 mètres.

8. City of Capitals : Moscow & St. Petersburg towers (Moscou, 2009), 301 & 257 mètres.

9. Naberezhnaya tower (Moscou, 2007), 268 mètres.

10. Triumph-Palace (Moscou, 2005), 264 mètres.

11. Evolution tower (Moscou, 2011), 246 mètres.

12. Imperia tower (Moscou, 2011), 239 mètres.

13. MV Loconosov State University (Moscou, 1953), 239 mètres.

14. Hermitage Plaza (Paris 2021) 320 mètres.

15. Tour First (Paris-La Défense, 2011), 231 mètres.

16. The Shard (Londres 2012), 306 mètres.

17. 22 Bishopgate (Londres 2019) 255 mètres.

18. One Canada Square (Londres, 1991), 236 mètres.

19. 110 Bishopgate ou Heron Tower (Londres, 2011), 230 mètres.

20. Commerzbank tower (Francfort, 1997), 259 mètres.

21. Messeturm (Francfort, 1990), 257 mètres.

22. Skyland (Istanbul, 2016), 284 mètres.

23. Metropol Tower Istanbul (Istanbul 2017) 280 mètres.

24. Diamond of Istanbul (Istanbul, en projet), 268 mètres.

25. Sapphire Tower (Istanbul, 2011), 261 mètres.

26. Torre de Cristal (Madrid, 2008), 250 mètres.

27. Torre Cepsa ou Bankia (Caja) (Madrid, 2008), 248 mètres.

28. Torre « PwC » Sacyr Vallehermoso (Madrid, 2008), 236 mètres.

29. Torre Espacio (Madrid, 2008), 230 mètres.

30. Varso Tower (Varsovie 2020) 310 mètres.

31. Palace and culture and science (Varsovie, 1956), 231 mètres.

32 - 33. DC Towers (Vienne, 2013), 220 mètres.

34. Porta Nuova Garibaldi tower «Unicredi » (Milan, 2011), 218 mètres.

 

Un peu d’histoire

Le gratte-ciel est apparu à la fin du 19ème siècle, grâce à la combinaison de plusieurs facteurs. Parmi ces facteurs, nous retrouvons l’utilisation de l’ossature métallique et celle de l’ascenseur. Ces deux technologies sont indispensables pour la construction d’un immeuble atteignant une certaine hauteur.
La barre symbolique des 200 mètres est atteinte en 1909 par la Metropolitan Life Tower de New York. Depuis, le record a été largement battu : la tour Burj Khalifa de Dubaï dépasse même les 800 mètres !

Aujourd’hui, le monde compte pas moins de 15 000 tours de plus de 200 mètres et les architectes-urbanistes rivalisent d’audace et d’inventivité.

 

Les tours d’Europe

Si les plus hautes tours du monde se trouvent en Asie et en Amérique du Nord, l’Europe n’est pas en reste. On assiste même à un engouement pour les immeubles de très grande hauteur (ITGH) depuis quelques années. Il s’apparente presque à une course.
Londres avec « The Shard », inauguré en juillet 2012, un éclat de verre acéré de 306 mètres de haut. La capitale britannique devait se doter d’un repère, d’un phare visible de loin. La dernière-née des tours anglaises, construite en face de la City, dépasse de 75 mètres la tour « One Canada Square », édifiée en 1991, dans le quartier réhabilité de Canary Wharf. Elle domine également la « Heron Tower », très récente (2011), qui atteint tout de même les 230 mètres.

Sur la première marche du podium apparaît le complexe moscovite « Capital City », édifié en 2010. Il associe plusieurs grandes tours, dont les tours du complexe « Federation » (2016), qui dépasse les 240 et 373 mètres.
Suit ensuite la tour « OKO Apartement », de 354 mètres et la « Mercury City Tower » de 339 mètres.
En attente de la « Lakhta Center », la cité russe comptabilise un nombre impressionnant de places dans le classement. Outre les tours précédemment évoquées, ces dernières années ont été fertiles en projets vertigineux : le « Triumph Palace » (2005), au design d’inspiration soviétique, qui culmine à 264 mètres a ainsi été rapidement détrôné par la « Naberejnaïa Tower » de 268 mètres, achevée en 2007. Citons également la « Stalnaya Vershina » (309 mètres 2015), puis les tours en constructions « NEVA Towers » (337 et 289 mètres en 2019).

La skyline européenne est en plein changement. Alors que Londres, Francfort et Paris dominaient le palmarès des plus hautes tours du continent, récemment rejointes par Madrid, elles sont en passe d'être détrônées par d'autres mégalopoles situées aux confins de l'Europe : Moscou, Saint-Pétersbourg et Istanbul. Selon Emporis (base de données spécialisée en architecture), de nombreux projets sont en cours de construction dans ces villes et domineront d'ici 2018, les constructions d'Europe occidentale.

L'Equipe Ascenseurs Online, en partenariat avec Michel CHALAUX.